Cette photographie est protégée par un copyright. Si vous êtes intéressé par cette image, merci de me contacter.
logo

Photographie de paysage prise dans la région du Dorset au Royaume-Uni en 2019, United Kingdom 2019 Landscapes photographer Switzerland photographe de paysages

Photographie de paysage, histoire d’une image

Un petit retour sur l’histoire de ma photographie « Mupe Bay », image qui a reçu une mention honorable à l’IPA 2020 (International Photo Awards 2020), un concours international de photographie basé au USA et qui compte pas moins de 13’000 photos en lice.

En 2018, j’ai décidé de partir seul pendant une dizaine de jours, afin de réaliser des photographies de paysages dans la région du Dorset, région située dans le sud de l’Angleterre. Après avoir visionné de nombreuses images de cette région, j’avais repéré un endroit précis, parmi plusieurs sites potentiels, qui se trouvait au bord e la mer.

Après avoir passé des heures à chercher sur internet des informations sur ce lieu et acheté un livre sur les paysages de cette région, j’ai constaté que ce n’était pas un endroit comme les autres : ce lieu se trouvait dans une zone militaire de l’armée britannique! Ce terrain, situé en bord de mer, servait de but de tir pour les navires situés en mer (c’est ce que j’en ai déduit..)

J’ai cherché dans mon livre si ce lieu était accessible et trouvé que l’accès au publique était permis seulement le w-e, pendant les vacances et certains jours fériés. Comme un seul w-e entier se trouvait au milieu de mon séjour, je n’avais pas beaucoup de choix de jours disponibles et me suis fixé le dimanche pour réaliser cette photo de paysage.

Pendant  mon séjour, un ou deux jours avant la date prévue, je suis parti faire un repérage pour trouver l’endroit exacte et comment y arriver, en combien de temps, etc.. Ça  n’a pas été facile mais j’ai finalement trouvé l’accès à cette fameuse zone militaire et constaté après avoir lu le règlement que je pourrais effectivement avoir accès à cette zone le w-e.

Evidemment, l’armée n’est pas présente pendant ces heures d’ouverture mais les autres jours, c’était une zone interdite au public. Après avoir consulté la météo (au moins 50x fois comme d’habitude les jours avant la réalisation d’une photo de paysage…) j’ ai constaté le jour même de ma prise de vue que je m’étais trompé d’heure : je voulais y aller le soir pour le coucher de soleil mais j’ai constaté avec rage, gros mots et énervement contre moi-même (quand on voyage seul, on apprend à se connaître et on se découvre des réactions que l’on aurait jamais dans la vie « normale »..) que c’était le matin où la position du soleil était la meilleure pour cette image. Tant pis, je me suis dis que j’étais là pour ça, que je devais y aller et qu’on on verrait bien. Si je commençais  à trop réflechir, j’allais me trouver mille excuses pour ne pas y aller et finalement peut-être louper quelque chose.

Après plus d’une heure de marche, je suis arrivé dans cette fameuse zone et constaté que le paysage était magnifique et sauvage. A l’intérieur de cette zone d’entraînement militaire, qui faisait plusieurs kilomètres de long et était entouré d’une clôture, je n’ai pas constaté de traces de tirs ou d’explosions. Tout était calme et sauvage. Le long du chemin, des panneaux indiquaient qu’il ne fallait pas quitter celui-ci sous aucun prétexte car des restes d’explosifs pouvaient se trouver hors des chemins mais je n’ai rien constaté, pas de déchets, pas de traces d’explosifs, pas de fragments de bombes..que de l’herbe brûlée par endroit. Je n’ai pas quitté le chemin car je n’avait pas envie de sauter sur une une bombe non explosée, seul, ici au milieu de nul part et que l’on mette des mois ou des années à me retrouver et identifier mon corps.. (oui, on réfléchi beaucoup (trop) qu’en on voyage seul..)

Après environ encore bonne demi-heure de marche, je suis arrivé au bord de la mer, à cet endroit qui se trouvait derrière une falaise. J’étais heureux d’être là mais l’heure avançait , le soleil se couchait et je me disait qu’il ne fallait pas perdre trop de temps.

Le soleil a commencé à se coucher de l’autre côté de la falaise et j’ai décidé de prendre des photos dans le sens opposé. J’ai remarqué une magnifique bande de rochers devant moi et décidé de créer une composition. J’ai installé mon matériel dans la précipitation, pris quelques clichés, et essayé de régler l’exposition et le cadrage comme je pouvais car le problème était que mon trépied bancal se trouvait sur des rochers, à moitié dans l’eau et la marée montait de minutes en minutes. Des vagues mouillaient mes jambes et mon matériel et j’ai déplacé mon trépied pour ne pas me faire submerger par les vagues car celles-ci commençaient à être fortes. J’ai repris quelques photos et re-déplacé mon trépied…et j’ai recommencé au moins 20 fois : mettre le boîtier à l’horizontal, régler le cadrage et l’exposition, prendre 2-3 clichés. J’avais un oeil dans le viseur de l’appareil et l’autre qui regardait si une vague n’allait pas me submerger…Au bout de 15 minutes, le soleil était presque couché. Je me suis mis hors d’atteinte des vagues et j’ai arrêté de prendre des images car la lumière diminuait de plus en plus. Sur le moment, je m’était dis que tout allait bien car je n’avais pas de matériel mouillé, que je n’étais pas trop trempé et que maintenant, il fallait rentrer.

Après quelques vidéos souvenirs, j’ai décidé de me mettre en route car la nuit commençait à tomber.Sur le chemin du retour, j’ai constaté qu’un homme était debout sur la colline et regardait dans ma direction. Je me suis demandé qui cela pouvait bien être et que pouvait-il bien faire ici à cette heure. J’ai compris plus tard, en voyant une voiture de sécurité à la sortie de la zone que c’était des agents qui venaient s’assurer que plus personne ne se trouvait ici après l’heure de fermeture. Plus loin, sur le chemin, un cerf est passé à 50 m devant moi et à sauté la barrière et à galopé au loin. Je me suis demandé comment faisait les animaux pour ne pas risquer leur vie dans cette endroit certes grandiose mais dangereux pour eux et les humains. J’ai décidé d’arrêter d’y penser et me suis concentré sur le retour, le chemin était encore long et la nuit tombait.

A mon retour, lorsque j’ai visionné ces images, je me suis dis que j’avais eu raison de tenter quelques chose et que le résultat était bon pour une demi-improvisation photographique!

Voici une lien avec une petite vidéo souvenir que j’ai réalisée à Mupe Bay juste après mes prises de vues : https://youtu.be/fPeRG03JZXM

 

 

Comments are closed.